[./lesoriginesducrusuite.html]
[./lesorigines.html]
[../chais/leschais.html]
[../lesactus/actualites.html]
[../phototheque/photos.html]
[../contact/contacy.html]
[../lapresse/presse.html]
[../levignoble/levignoble.html]
[../anglais-fd/index.html]
[../infos-legales/infos.html]
[../index.html]
[./chateau.html]
[../pratique/quandboirenosvins.html]
[../legite.html]
[../nosvins/vins.html]
[../la-boutique/boutique.html]
[Web Creator] [LMSOFT]

En 1876, dans la rubrique des Crus Bourgeois Supérieurs du guide touristique « Le Médoc et ses Vins » d’Edouard Féret et de Théophile Malvezin, les deux crus du Fourcas, Dupré et Hosten, viennent au premier rang. Château Fourcas Dupré produit alors 70 tonneaux de grand vin négocié jusqu’à 1400 francs sur la Place de Bordeaux, niveau de la fourchette basse des cinquièmes grands crus classés en 1855 (1400 à 1600 f/t).
Malgré l’apparition des maladies (oïdium, phylloxéra, mildiou) qui a décimé le vignoble européen vers 1850-1890, le Château Fourcas Dupré maintiendra son rang, puisque son  millésime 1893 se négociera à 900 francs au tonneau, au même prix que le Château Grand-Puy-Lacoste, 5ème Grand Cru Classé de Pauillac.
Durant l’Entre-deux-guerres, Château Fourcas Dupré résistera avec constance et, lorsque la renaissance du vignoble médocain se profilera au lendemain de la seconde guerre mondiale, les mémorables gelées de 1956 ne seront qu’un contretemps.
Dans les années soixante-dix, ce cru trois fois séculaire reprendra son envol grâce l’arrivée de la Famille Pagès à sa tête.
phe. En lui succédant en 1985, son fils, Patrice Pagès, conserve le même état d’esprit : minutie, savoir faire et passion. Ainsi, les vins du Château Fourcas Dupré n’ont pas cessé de progresser au cours des 30 dernières années. Reconnu par ses pairs, le Château Fourcas Dupré est membre de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, de l’Académie du Vin de Bordeaux et de la Commanderie du Bontemps Médoc et Graves, Sauternes et Barsac.